Journal d’une vice-présidente en pandémie - Chantal Soucy
17133
post-template-default,single,single-post,postid-17133,single-format-standard,bridge-core-2.5.1,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-23.6,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Journal d’une vice-présidente en pandémie

Journal d’une vice-présidente en pandémie

QUÉBEC, jeudi 28 mai 2020

Mardi, c’était une journée particulière pour moi, puisque c’était mon retour à l’Assemblée nationale du Québec après 10 semaines de pause. Eh oui, l’Assemblée était en arrêt depuis le 16 mars dernier à cause de la pandémie de COVID-19.

En plus de mes fonctions de députée de Saint-Hyacinthe, je suis appelée à Québec afin d’exercer mes responsabilités de vice-présidente. Mon rôle m’amène à assurer le bon fonctionnement de la démocratie québécoise en faisant respecter le règlement de l’Assemblée nationale.

C’est donc au petit matin mardi que j’ai quitté en voiture Saint-Hyacinthe pour me rendre à Québec. J’en ai profité pour téléphoner au maire de Saint-Hyacinthe, qui je sais matinal, ainsi qu’à mon équipe de Québec pour discuter des derniers préparatifs.

Une Assemblée nationale transformée

Vous comprendrez que certaines habitudes au parlement ont dû être modifiées afin que tous respectent les directives de la Santé publique.

Par exemple au Café du parlement sur l’heure du midi, on retrouve des pastilles au sol nous incitant à se distancer de deux mètres, les tables ne sont plus accessibles et un plexiglas nous sépare des employés. Malgré tout, leurs repas sont toujours aussi bons et le personnel est toujours aussi sympathique !

Le Salon bleu a subi lui aussi une transformation importante pour l’adapter aux nouvelles mesures de distanciation sociale. On retrouve un nombre limité de parlementaires sur place, les bureaux sont nettoyés entre chaque séance, des indications sont inscrites pour guider les parlementaires, il n’y a pas de pages pour distribuer les documents – tout est électronique, et les parlementaires ont leur propre gourde d’eau. J’ai même le droit de consulter mon téléphone cellulaire et ma tablette électronique en chambre !

Lorsque je siège en tant que vice-présidente, je suis assise sur le trône à l’avant du Salon bleu. C’est donc moi qui dirige les travaux parlementaires. Puisque tous les collègues de la présidence utilisent le même siège, une équipe prend soin de bien le désinfecter afin d’assurer une transition sécuritaire entre les séances.

Dès ma première présence sur le trône, j’ai dû m’adapter, puisque les parlementaires ne siègent pas à leurs bureaux habituels, et ce, afin de respecter la distance de deux mètres. Je suis également habituée d’apercevoir des visiteurs dans les tribunes de l’Assemblée. Les repères à partir du trône ne sont plus les mêmes qu’avant !

Quand je me dirigeais vers le Salon bleu pour présider ma première séance de la journée, j’ai vu les parlementaires respecter les règles mises en place par la direction de la Santé publique. Certains portent également des masques, puisqu’il n’est pas toujours facile de garder la distance de deux mètres malgré le nombre restreint de parlementaires. J’ai moi-même apporté des masques réutilisables à l’Assemblée. Je tiens d’ailleurs à remercier la Société Sclérose en plaques Saint-Hyacinthe-Acton pour ces belles créations !

Il reste maintenant deux semaines de travaux intensifs avant le retour en circonscription, un été qui risque d’être fort différent que les années précédentes.

Tags: