La violence conjugale, une responsabilité sociale - Chantal Soucy
17467
post-template-default,single,single-post,postid-17467,single-format-standard,bridge-core-2.5.1,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-23.6,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

La violence conjugale, une responsabilité sociale

La violence conjugale, une responsabilité sociale

Au cours des deux derniers mois, dix femmes ont été assassinées. Dix vies arrachées par des hommes violents. Comment cesser cette violence envers les femmes et les enfants?

Depuis des mois, je ne cesse de lire à ce sujet. Voici d’ailleurs un passage qui m’a fait réagir :

« Une femme a été poignardée par son conjoint, devant leurs enfants, dans un quartier paisible de LaSalle. Pas moins d’une soixantaine de voisins ont entendu les cris et se doutaient que quelque chose de grave se passait, et pourtant, aucun n’a contacté la police. »

Cette phrase a été écrite le 6 juillet 2012 dans une lettre ouverte du journal Le Devoir.

Si je vous partage cet extrait, c’est que cette violence est présente depuis trop longtemps, pas juste depuis le confinement.

Depuis cet automne, les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence débordent. En fait, plusieurs manquaient déjà de lits. Or, la pandémie a exacerbé le problème de la violence. À titre de députée, j’ai offert du soutien financier et collaboré à une levée de fonds pour soutenir l’organisme La Clé sur la porte. Ce montant s’ajoute aux 345,4 M$ que le gouvernement a injectés depuis 2020 pour soutenir les organismes offrant des services directs aux femmes victimes d’actes criminels.

L’argent ne règlera pas tout ; elle ne peut pas être la seule arme pour contrer ce fléau. Le gouvernement a une responsabilité, certes, mais nous avons tous une responsabilité individuelle et elle commence par l’éducation de nos jeunes.

Pendant que le Québec est frappé par une troisième vague, la bienveillance, l’entraide et l’écoute sont de mise. À ce sujet, je tiens à remercier toutes les personnes qui travaillent auprès de ces femmes et enfants.

Mesdames, vous n’êtes pas seules. Appelez. Sortez. Fuyez. Ne laissez aucun homme vous faire penser que vous n’êtes rien. Vous êtes tout, sauf rien.

Le virus ne doit pas vous isoler davantage, votre vie en dépend. Malheureusement, trop souvent.

Solidairement,

Votre députée

SOS violence conjugale : 1 800 363-9010

Entraide pour hommes : 450-651-4447

La Clé sur la porte : 450 774-1843